Astuces Langue française Pleine Conscience

Le pouvoir de l’écriture

Fluidifier l’expression orale

Un des premiers conseils que je donne à mes étudiants en français, c’est d’écrire un journal.

Cela peut paraître contre-intuitif, puisqu’on aurait tendance à croire que pour mieux parler, il suffit de parler plus, n’est-ce pas? Pourtant, n’as-tu pas remarqué comme il est parfois compliqué d’exprimer oralement tes pensées dans une langue étrangère?

Il faut penser à tout: la structure, le vocabulaire, la prononciation,… Sans oublier l’opinion que tu essayes d’exprimer et que tu oublies parfois. Le tout en direct, face à un interlocuteur qui risque de s’impatienter et de te juger.

Il est tout naturel que vous soyez nombreux à avoir un blocage à ce niveau!

Développer ta confiance en toi

La pratique de l’écriture régulière permet de développer notre confiance en nous dans la langue cible.

Lorsque nous écrivons, nous avons le temps de réfléchir à ce que nous voulons exprimer et à comment le faire.

Nous pouvons:

  • prendre le temps de trouver les mots qui conviennent le mieux;
  • structurer notre phrase pour qu’elle soit grammaticalement correcte;
  • vérifier qu’elle ait du sens.

Par ailleurs, la recherche du vocabulaire et de la structure appropriés constitue déjà une garantie de progrès. Elle permet en effet de renforcer les processus mentaux d’expression, dont nous avons besoin pour parler une langue.

Mais ce n’est pas tout: ces processus mentaux sont en réalité très puissants. Ils nous permettent également de développer notre voix intérieure dans la langue cible. Tu sais, cette petite voix que tu entends quand tu réfléchis?

Au début, évidemment, tu vas traduire à partir de ta langue maternelle. Mais au fur et à mesure, ton esprit prendra des raccourcis. Ceux-ci deviendront tes habitudes de langage et tu n’auras plus besoin de traduire!

Au fil du temps et avec de la régularité, ta voix intérieure en français deviendra de plus en plus forte et de plus en plus assurée.

Et si tu peux penser en français, … tu peux aussi le parler. 

Garder une trace de ton évolution

Un autre avantage non négligeable de tenir un journal? On peut facilement garder une trace de son évolution linguistique.

Au fil des semaines et des mois, tu vas constater tes progrès au niveau de la facilité avec laquelle tu t’exprimes. Tu vas pouvoir évaluer le chemin que tu as parcouru en relisant tes posts précédents et en découvrant que tu es capable de les corriger toi-même.

Ça peut devenir un outil formidable lorsque comme toi, on se trouve à un niveau intermédiaire et qu’il est plus difficile de pouvoir apprécier ses progrès.

C’est un peu comme aller à la salle de sport sans prendre de photos. Il arrive un moment où, passés les premiers mois où le changement est clair comme le nez au milieu de la figure, on ne voit plus trop la différence. Conséquence: on commence à perdre notre motivation.

Cependant, si on prend des photos régulièrement, on peut constater concrètement le changement. C’est ça qui peut sauver notre moral et nous re-motiver!

pouvoir pint

Une re-découverte de soi

Écrire un journal, c’est aussi une incroyable opportunité d’introspection.

Qu’on l’utilise pour organiser ses pensées, pour travailler sur un point particulier de notre psyché, pour discuter de notre point de vue sur différents sujets ou pour se connaître mieux. L’art d’écrire sur soi-même a un effet thérapeutique évident, et ce même dans notre langue maternelle.

Si tu n’as jamais essayé, ça va changer ta vie!

Mais le faire dans une langue étrangère qu’on ne maîtrise pas complètement ajoute une dimension très intéressante et surprenante à ce processus.

Une version clarifiée de nos pensées

Premièrement, le fait de ne pas avoir tous les outils pour s’exprimer dans la langue cible peut développer des frustrations au niveau de l’envie de communiquer.

Mais en réalité, c’est un avantage. Ce manque d’outils va nous forcer à simplifier nos structures et notre registre, et donc à aller à l’essentiel de ce que nous voulons exprimer.

Souvent, nous pouvons être surpris par la clarté avec laquelle nos pensées intérieures se révèlent dans la langue apprise comparativement à dans notre langue maternelle.

On a en effet tendance à faire de longues phrases complexes dans notre langue maternelle, ainsi qu’à utiliser des tics de langages. Toutes ces habitudes sont autant de masques qui nous servent à cacher nos émotions, cacher nos incertitudes et nos faiblesses. Alors que c’est justement dans celles-ci que se trouve la simple vérité.

Être forcés d’écrire dans une langue que nous devons simplifier par manque de connaissance est donc une très bonne stratégie pour se concentrer sur l’essentiel.

La liberté d’être authentiques

Pas d’identification = plus de liberté

Deuxièmement, contrairement à notre langue maternelle, il n’existe pas encore d’identification forte entre notre « moi » et la langue que nous apprenons.

Retirer cette identification de l’équation nous donne l’immense liberté d’être différents, de dire les choses différemment, et de ne pas avoir peur d’exprimer des choses qu’on n’oserait peut-être pas dire dans notre langue maternelle.

J’ai ainsi pu observer plusieurs étudiants qui m’ont avoué avoir été très surpris d’avoir pu enfin mettre le doigt sur quelque chose qui les dérangeait. Comme sur un noeud psychologique ou énergétique, par exemple. Ils ont enfin pu comprendre un de leurs mécanismes psychologiques en français même s’ils avaient déjà essayé d’y réfléchir dans leur langue maternelle.

Mon journal en italien

J’en ai fait l’expérience moi-même après avoir commencé à écrire un journal en italien. C’est une langue que je suis en train de perfectionner. Je ne m’y identifie donc pas comme au français ou à l’anglais. Je parlais d’un sentiment dérangeant que j’avais depuis quelques jours mais que je n’arrivais pas à comprendre. Tout à coup, la phrase suivante que j’ai écrite contenait la réponse à mon angoisse. J’ai dû m’arrêter quelques instants pour être certaine que j’avais bien écrit ce que je pensais avoir écrit. Tu vois, il s’agissait en fait de quelque chose que je ne voulais pas ressentir et avec lequel j’avais des résistances.

Grace à cette expérience, j’ai pu accepter ce que je ressentais. J’ai continué à m’exprimer (toujours en italien) sur la question jusqu’à ce que j’en sois totalement consciente. L’angoisse liée à cette résistance a disparu d’elle-même, car tout ce que ma psyché souhaitait, c’était être entendue.

Éviter de se sentir jugé

L’écriture dans un journal est par nature ‘intime’. Elle n’est normalement pas faite pour être lue par quelqu’un d’autre, sauf si on le souhaite. On ne devrait donc pas avoir peur d’être jugés par une personne extérieure.

Cependant, il arrive que nous nous jugions nous-mêmes, qu’on ne veuille pas nous avouer certaines choses. Écrire dans une langue différente que celle dans laquelle notre « moi » a grandit permet d’éviter l’auto-jugement et l’auto-contrôle. Cette activité constitue par là-même une opportunité de voir les choses sous un angle différent, de se questionner plus librement, et d’être plus authentiques.

Les bienfaits de l’écriture sont donc multiples.

  1. Non seulement cela nous permet d’approfondir nos connaissances linguistiques, de fluidifier notre expression écrite en développant notre voix intérieure dans la langue cible;
  2. L’écriture d’un journal nous permet aussi d’entrer en introspection et de travailler sur notre développement personnel à un autre niveau. Et d’atteindre peut-être une partie de nous qui nous était jusqu’alors méconnue.

Comment s’y prendre

Le numérique ou le papier?

Tu peux choisir d’écrire numériquement ou à la main.

Personnellement, j’ai un faible pour le papier. Le processus de poser des mots dans un cahier me plait énormément. Mais lorsque j’ai envie d’avoir un retour au point de vue linguistique, écrire en ligne est la meilleure solution pour partager ce que j’ai écrit avec mon professeur ou avec d’autres étudiants.

C’est un choix personnel, mais il est important de garder tous tes écrits ensemble pour que tu puisses y accéder et te relire facilement.

Où et quand?

Je trouve toujours mieux de choisir un moment et un endroit précis où écrire.

Il vaut mieux que ce soit un moment où tu peux entrer facilement en introspection sans être dérangé. Personnellement, je le fais le matin, juste après ma méditation quotidienne. La méditation me permet d’être déjà à l’écoute de moi-même, et les autres membres de ma famille ne sont pas encore suffisamment actifs que pour avoir envie de me parler à ce moment-là. Même le chat m’ignore!

Je m’isole en général, soit dans le salon si personne n’est levé, soit sur ma terrasse où personne d’autre que moi ne va. Puis, je me prépare une bonne tasse de thé vert ou de café. Enfin, je m’assois confortablement avec un stylo que j’aime. Parfois, j’allume de l’encens et je lance Spotify avec la musique de Snatam Kaur. Il s’agit de créer un environnement et un rituel qui facilitent le processus.

Écrire sur quoi?

Et puis il suffit d’écrire… ou presque!

Parce qu’en effet, il ne s’agit pas de « bêtement » raconter sa journée.

Certains d’entre nous sont plus enclins à accéder directement au niveau émotionnel et profond des choses. Ils sont capables d’écrire leur quotidien non pas en écrivant des évènements tels que « je me suis levé à 7heures, j’ai pris ma douche, j’ai bu mon café sans sucre ». Mais plutôt en allant directement à l’essentiel comme par exemple: « je me suis levée avec une sensation de reconnaissance profonde pour la vie ».

Ce n’est pas le cas de tout le monde, loin de là, et il est probable que tu aies besoin d‘un peu d’entraînement si tu n’as jamais pratiqué ce genre d’introspection.

C’est pour cette raison que je donne des idées à mes étudiants sur lesquelles ils peuvent s’exprimer comme ils veulent. La plupart d’entre eux en ont besoin, même si certains préfèrent s’exprimer librement sur ce qui les inspire en ce moment.

Pour t’aider à commencer, j’ai compilé une liste de mes 88 meilleurs questions d’introspection que tu peux télécharger gratuitement ici au formal PDF. Parce que j’ai envie de t’aider toi aussi.

Le fond ou la forme?

Tu peux écrire sur chaque question dans l’ordre donné. Cependant, je te conseille de les lire toutes et de laisser ton inconscient choisir. Il sait de ce dont il veut parler et il te dira « cette question m’inspire aujourd’hui! »

Et puis il suffit de poser son stylo sur le papier et de le laisser parler.

Ne t’inquiète pas trop de la forme tout de suite. Essaye de te connecter à ce que tu as envie de dire plutôt qu’à la façon de le dire. Tu pourras y apporter des modifications ensuite en te relisant quelques minutes après avoir terminé.

Tu verras que tu seras capable d‘apporter la majorité des corrections toi-même.

Finalement, tu peux partager ce que tu as écrit avec ton professeur si tu le souhaites pour que vous amélioriez ensemble ton texte. Autrement, tu peux simplement le mettre de côté pour l’instant et le relire dans quelques semaines pour y apporter d’autres modifications quand tu auras du recul.

Ensuite, se parler à soi-même

L’étape suivante pour le développement de l’expression orale est de donner vie à ce qu’on écrit.

Puisque tu as déjà organisé tes pensées et tu as déjà exprimé par écrit ce que tu voulais dire, tu es déjà en possession des structures nécessaires pour t’exprimer oralement.

Tu peux choisir de parler à quelqu’un de confiance, comme ton professeur ou un ami qui parle la langue que tu apprends, ou tu peux choisir de te parler à toi-même. Je sais, je sais, tu trouves ça bizarre. Mais je t’assure, c’est plutôt un signe de santé mentale que de folie!

C’est aussi une excellente technique de fluidité orale dans l’apprentissage des langues. En effet, il a été prouvé que la majorité des personnes « douées » en langues avaient l’habitude de parler à haute voix dans la langue qu’ils apprenaient (Benefits of Talking to Yourself and How to do it Right to Master a Language)

Personnellement, je le fais face à mon miroir dans ma salle de bain. C’est un endroit où personne ne vient me déranger généralement… Et en plus je peux m’observer m’exprimer dans la langue que j’apprends. Cette technique m’aide à contrôler et développer mon langage corporel un peu plus, un vrai boost pour l’estime de soi.

Alors, si tu n’as pas encore attrapé un cahier et un stylo, fais-le tout de suite!

Je te souhaite beaucoup de plaisir sur ce chemin vers l’introspection personnelle et vers la maîtrise linguistique du français!

Pss: n’oublie pas ma liste de 88 questions d’introspection sur lesquels écrire! –> CLIQUE ICI!

Paix et Lumière, 

Jessica

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *